Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, de M-A Shaffer et A. Barrows

le-cercle-litteraire-des-amateurs-d-epluchures-de-patates

1946, alors que les Britanniques soignent les blessures de guerre, Juliet Ashton, écrivain en manque d’inspiration, entreprend une correspondance avec les membres attachants d’un cercle de Guernesey. De confidences en confidences, la page d’un nouveau roman vient de s’ouvrir pour la jeune femme, peut-être aussi celle d’une nouvelle vie…

Alors, pour être honnête je ne comptais jamais lire ce livre, mais une ancienne collègue de stage m’as convaincu que ce livre était génial ! Alors, j’ai craqué et adoré 🙂

C’est tout simplement l’histoire de Juliet qui est auteure de récits sur la guerre, et elle est en manque d’inspiration. Puis, POUF!, un jour Dawsey membre du cercle des amateurs de tourtes aux épluchures de patates et de littérature de Guernesey, lui envoie une lettre pour lui dire qu’il avait acheté un des livres qu’elle avait auparavant vendu. Et à partir de là, une histoire épistolaire géniale naquit !

J’aime beaucoup les romans épistolaires car le rythme est dynamique et la lecture, fluide. Les lettres se succèdent, plus ou moins courtes, avec une correspondance sur une courte période et prolifique. Les personnages sont vraiment touchants et les auteures nous proposent un récit singulier et addictif !

Un roman qui regroupe : littérature, romance, histoire et correspondance ainsi que Guernesey ! Tout les signes étaient au vert pour un véritable coup de cœur 🙂 Il ne me reste plus qu’à regarder le film !

Donc, je vous conseille ce roman si vous aimez les récits touchants et historiques (et, les livres qui parlent de livres of course) 😉

Bonnes lectures mes petites tortues !

 

Songe à la douceur, de C. Beauvais

514syd1oyrl-_sx195_

Songe à la douceur, Clémentine Beauvais
Éditions Sarbacane/Points
7,40 euros
243 pages
Young-Adult/Adolescent

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse, et lui, semblerait-il, aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il ne peut plus vivre loin d’elle. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? Songe à la douceur, c’est l’histoire de ces deux histoires d’amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans, à ce moment-là d’une vie, peuvent changer.

J’ai pu découvrir pour la première fois la plume poétique de Clémentine Beauvais grâce à cette histoire d’amour, celle de Tatiana et d’Eugène. Une romance qui vacille entre aujourd’hui et 10 années dans le passé, de la rencontre des deux personnages à aujourd’hui, et parmi ces flashbacks, nous découvrons ce qui a séparé Eugène de Tatiana.

L’écriture de Clémentine se fait poétique, poignante, tranchante et douce à la fois. Nous sommes vite embarqués dans une histoire d’amour qui semble simple et mais se trouve être passionnel.

Nous aimons Tatiana, nous apprenons à détester puis aimer Eugène. Nous connaissons Olga et Lensky, et nous lisons la poésie de Lensky. Clémentine Beauvais retranscrit avec beauté, l’amour et la tristesse.

Le narrateur s’avère être un conteur/une conteuse externe qui décrit les pensées et les actes de nos protagonistes d’une façon unique.

Alors, laissez-vous bercer par la plume de Clémentine Beauvais dans Songe à la douceur !

Bonnes lectures les tortues 🙂

Annihilation, de J. Vandermeer

51cgunpqs3l-_sx326_bo1204203200_

  • Trilogie Rempart Sud : 1/3 
  • Jeff Vandermeer
  • Sorti en 2014, en 2016 en France 
  • 222 pages, 18€
  • Science-Fiction, Prix Nebula & Prix Shirley Jackson 
  • Adapté en film sur Netflix (critique)

(Disponible chez le Livre de Poche)

J’ai reçu cette trilogie grâce à un partenariat avec la maison d’éditions : Merci à vous, les éditions Au Diable Vauvert pour votre confiance et cette lecture …inattendue !


Le mot « Annihilation » était suivi de « aide à provoquer le suicide immédiat. »

Chacune d’entre nous avait été dotée d’un bouton d’autodestruction, mais la seule capable de le presser était morte.

La Zone X, mystérieuse, mortelle. Et en expansion. Onze expéditions soldées par des suicides, meurtres, cancers foudroyants et troubles mentaux. Douzième expédition. Quatre femmes. Quatre scientifiques seules dans une nature sauvage. Leur but : ne pas se laisser contaminer, survivre et cartographier la Zone X. (Source : site Au Diable Vauvert)

La Zone X est arrivée, mystérieuse et dangereuse au sein d’un monde autodestructeur qu’est le notre. Son origine est inconnue : une catastrophe nucléaire? Une arrivée extra-terrestre? Tant de questions, et pas réponses. Une douzième expédition part en quête de ses réponses mais arrivera-t-elle à résister à la démence et à la contamination de l’envoûtante Zone X ? 

giphy2

Le roman Annihilation est un de ces romans qui vous laisse dans une incertitude, un total doute lorsque l’on referme sa dernière page. L’auteur y dévoile une ambiance mystique, sombre et fascinante qui met en place une intrigue lente. Une lenteur qui laisse s’installer les angoisses des scientifiques, leur démence mais aussi une sensation étouffante qui nous laisse croire que nous aussi, nous sommes prisonniers de cette Zone X remplie de cauchemars. Continuer la lecture de Annihilation, de J. Vandermeer

La place, d’A. Ernaux

81n1ai3povl

«Enfant, quand je m’efforçais de m’exprimer dans un langage châtié, j’avais l’impression de me jeter dans le vide.Une de mes frayeurs imaginaires, avoir un père instituteur qui m’aurait obligée à bien parler sans arrêt en détachant les mots. On parlait avec toute la bouche.Puisque la maîtresse me « reprenait », plus tard j’ai voulu reprendre mon père, lui annoncer que « se parterrer » ou « quart moins d’onze heures » n’existaient pas. Il est entré dans une violente colère. Une autre fois : « Comment voulez-vous que je ne me fasse pas reprendre, si vous parlez mal tout le temps ! » Je pleurais. Il était malheureux. Tout ce qui touche au langage est dans mon souvenir motif de rancœur et de chicanes douloureuses, bien plus que l’argent.»

« La place » d’Annie Ernaux est un livre compliqué à expliquer ou à résumer car l’écriture de l’auteur est assez particulière. Ici , Annie Ernaux a souhaité s’exprimer sur la place de son père ainsi que de sa condition sociale. La notion de classe sociale est une dimension importante au sein de « La place ».

Continuer la lecture de La place, d’A. Ernaux

Interview de Léonor de Récondo

Léonor de Récondo est l’auteur de deux romans –Amours et Point Cardinal– publiés chez la maison d’édition Sabine Wespieser.

 

Bonjour, je vous remercie d’avoir accepté cette interview pour mon blog littéraire. J’ai eu l’honneur de pouvoir vous rencontrer lors de la soirée Roman des Étudiants où vous avez reçu le prix pour votre roman « Point Cardinal ».

Pour commencer, vous attendiez vous à autant de succès pour votre roman? Ainsi qu’à la remise du prix du Roman des Étudiants?
Le succès vient toujours par surprise, et c’est une belle surprise ! Le sujet de ce roman n’est pas facile et je ne pensais pas qu’il rencontrerait un si large public. Il est évident que je ne m’attendais pas à gagner ce prix. Mais lorsque j’ai participé aux rencontres avec les étudiants, j’ai senti que la question de l’identité et de la liberté que l’on a à se déterminer ( ou pas ) était très importante.
Pourriez-vous décrire votre roman « Point Cardinal »? Et votre roman « Amours » ?
Pour Point Cardinal, il s’agit d’un homme qui est femme depuis toujours et qui décide de le vivre au grand jour. Pour Amours, c’est l’histoire d’une émancipation féminine.
Pourquoi avez-vous laissé une fin ouverte à « Point Cardinal »?
Ce qui m’intéressait, c’était le passage de Laurent à Lauren, la suite appartient à Lauren…
Si vous étiez un personnage de votre histoire, qui seriez-vous?
Je suis un peu tous mes personnages.
Où avez-trouvé votre inspiration pour votre roman ? Vous êtes vous inspirée d’une personne dans votre entourage?
Non pas de mon entourage, mais je me suis beaucoup documentée en lisant, en m’inspirant de parcours de trans.
Merci d’avoir répondu à cette courte interview !

Chronique de « Point Cardinal »

Bonnes lectures ^^

giphy3