Point Bulle n°1: épisode 1, les mangas.

Bonjour les tortues, les fêtes de fin d’année approchent, ainsi que le froid et les films de Noel! C’est aussi à ce moment-là que j’ai décidé de refaire surface avec un nouveau rendez-vous que je compte faire mensuellement. Alors, qu’est-ce qu’un Point Bulle? Il s’agit tout simplement d’une petite sélection de romans graphique, BDs, mangas, comics que j’ai pu lire dans le mois et je vous présente mes petits favoris. J’espère que ce nouveau rendez-vous vous plaira et j’essaierai (promis 😉 ) de publier plus d’articles ces derniers temps. Et voici l’épisode manga de ce premier gros point bulle de fin décembre.

Point mangas

giphy-1

Alors, depuis que je sais que je vais faire un stage en librairie manga, je me suis lancée de plus en plus dans la lecture de ces étranges BD japonaises qui ne se lisent pas dans le même sens que nous. Et parmi mes lectures de ce dernier trimestre, certaines se sont plus démarquées que d’autres.

  • L’enfant et le maudit est un récit sombre et post-apocalyptique racontant le récit entre une jeune fille pure et un « maudit », un individu victime du fléau qui a marqué la civilisation humaine. J’ai découvert cette série grâce à ma bibliothèque municipale et ça a été un réel coup de coeur! Nagabe instaure une ambiance ambigüe, mélangeant la  douceur et la brutalité où Shiva représente soit l’espoir soit le malheur pour le reste de l’humanité. Cette innocente jeune fille vit avec un maudit, un être rempli de gentillesse et d’amour envers mais qui ne ressent aucune émotion dû à sa malédiction, le fléau du monde de la lumière. Ce manga est construit avec l’ambivalence des personnages, « Le Professeur » est un représentant positif des maudits ainsi que Shiva, ils vivent dans leur cocon doux et bienveillant. Mais au fur et à mesure  de notre lecture, nous faisons la connaissance d’autres représentants des autres représentants des deux espèces et leur comportement est opposé à celui de nos deux protagonistes. C’est cet aspect un peu « Belle et la Bête » (sans histoire d’amour bizarre 😉 ) qui m’as beaucoup, de vaincre les apparences pour créer un lien d’amour ou d’amitié dans le cas du manga. On voit un portrait peu glorieux des êtres humains  qui rejettent les leurs, c’est-à-dire les maudits car les maudits sont des humains qui ont été contaminés par la malédiction les rendant complétement noirs, leur donnant des cornes, les rendant immortels et insensibles. Petit bonus pour des dessins simples mais très efficaces, réalisés finement par Nagabe et qui illustre à merveille l’univers. (Ce manga est disponible chez Komikku, la série comprend 5 tomes en France et est toujours en cours que ce soit en France comme au Japon.)
  • Bon, pour aller un peu dans la joie et la bonne humeur, deuxième coup de coeur manga de cette année : Isabella Bird, femme exploratrice, une série écrite par Taiga Sassa, publiée par KI-OON et toujours en cours. Taiga retrace le parcours atypique et extraordinaire de la jeune Ecossaise Isabella L.Bird exploratrice et écrivaine. Dans cette série, Isabella part au Japon dans le désir de découvrir des recoins et contrées encore jamais explorés par des Occidentaux. Avec ce manga, nous partons dans le Japon de la fin du XIXè siècle lors de l’ère Meiji au côté d’Isabella et de son traducteur. Dans cette aventure, nous en apprenons plus sur Japon qui passe petit à petit de la tradition à la modernité suite à l’arrivée des Européens. Ce manga permet, à nous, lectrices et lecteurs de découvrir une autre vision du pays du Soleil Levant à travers les yeux de deux personnages touchants et intrigants. En plus, les dessins sont très classiques et très beaux, le trait de crayon de Taiga Sassa retranscrit parfaitement les émotions des personnages ainsi que les paysages qui sont incroyables. Un très beau manga historique qui retrace une partie de la vie d’une des plus grandes exploratrices britanniques et présente avec clarté les us et coutumes du Japon de l’ère Meiji.
  • Somali et l’esprit de la forêt par Yako Gureishi est un manga qui m’as assez plu. Nous entrons dans un univers de fantasy à la Ghibli, où des esprits protecteurs de la forêt vivent parmi les hommes et vivent des milliers d’années au sein des forêts. Somali est un jeune garçon abandonné et qui fait la connaissance d’un esprit, et eux deux partent en quête de la famille du jeune garçon. Yako Gureishi réussit à univers touchant et merveilleux qui nous émeut et permet de nous attacher aux protagonistes de cette série. Dans leur quête, le duo va faire plusieurs rencontres mais ils doivent tout faire pour éviter que Somali se fasse manger car il est humain. Une belle complicité se créée entre les deux personnages au sein d’un monde onirique et plus cruel qu’on ne le pense. Une bonne lecture sur les thèmes de l’amitié, de la famille et du voyage.
  • Golden Kamui est une découverte plutôt récente et inattendue, lors d’une conférence sur l’île d’Hokkaido à la librairie du Renard Doré, j’ai eu l’occasion de découvrir ce manga. Nous suivons deux personnages totalement différent, un ancien soldat en quête d’un trésor Aïnou (la population locale de l’île d’Hokkaido) pour aider la femme d’un soldat mort au combat lors de la guerre russo-japonaise; et une jeune fille Aïnou qui décide de l’aider et de l’initier aux us et coutumes de son île. Une relation d’amitié se créé entre les personnages et ils se rendent compte qu’ils ont besoin l’un de l’autre. Ce manga retrace l’île d’Hokkaido lors de l’ère Meiji et nous présente son folklore ainsi que sa faune et flore. En plus d’être un manga d’aventure, c’est une bonne série historique que nous propose Satoru Noda. Golden Kamui est un seinen qui plaira aux amateurs d’histoire japonaise et/ou d’aventures ainsi que de chasse au trésor. Pour retrouver ce butin, nos deux héros doivent rechercher des détenus évadés et récupérer leur tatouage qui est un code menant au trésor.
  • Beyond the clouds est un manga aux inspirations steampunk et Ghibli. Nicke nous présente Theo, un jeune réparateur dans la ville jaune où il part souvent dans un endroit rempli d’objets abandonnés. Un jour, il y rencontre une jeune fille ailée amnésique qui a perdu une aile. Il désire alors de l’aider et de lui reconstruire une aile. Mais, ils se retrouvent embarquer dans plusieurs péripéties. Malgré des thèmes et une histoire classiques, la mangaka créé un univers singulier et très beau. Le trait de Nicke est fin, beau et correspond parfaitement à l’univers jeunesse créé par l’autrice. Une pépite graphique qui accompagne une histoire classique mais plaisante et intéressante! Nicke exploite peu la relation entre les deux protagonistes mais nous pouvons imaginer que par la suite, nous découvrirons une relation plus développée. Par contre, l’univers est riche et très originale ce qui apporte une grosse valeur ajoutée à ce manga 🙂

Bon, c’est la fin du premier épisode Point Bulle, le second arrive bientôt avec les comics, BD et romans graphique. J’espère que ce format vous plaît et ne vous inquiétez pas, cela sera plus court au fil du temps quand je serai à jour dans mes articles!

Bonnes vacances, bonnes fêtes et bonnes lectures mes tortues adorées! 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s