Annihilation, de J. Vandermeer

51cgunpqs3l-_sx326_bo1204203200_

  • Trilogie Rempart Sud : 1/3 
  • Jeff Vandermeer
  • Sorti en 2014, en 2016 en France 
  • 222 pages, 18€
  • Science-Fiction, Prix Nebula & Prix Shirley Jackson 
  • Adapté en film sur Netflix (critique)

(Disponible chez le Livre de Poche)

J’ai reçu cette trilogie grâce à un partenariat avec la maison d’éditions : Merci à vous, les éditions Au Diable Vauvert pour votre confiance et cette lecture …inattendue !


Le mot « Annihilation » était suivi de « aide à provoquer le suicide immédiat. »

Chacune d’entre nous avait été dotée d’un bouton d’autodestruction, mais la seule capable de le presser était morte.

La Zone X, mystérieuse, mortelle. Et en expansion. Onze expéditions soldées par des suicides, meurtres, cancers foudroyants et troubles mentaux. Douzième expédition. Quatre femmes. Quatre scientifiques seules dans une nature sauvage. Leur but : ne pas se laisser contaminer, survivre et cartographier la Zone X. (Source : site Au Diable Vauvert)

La Zone X est arrivée, mystérieuse et dangereuse au sein d’un monde autodestructeur qu’est le notre. Son origine est inconnue : une catastrophe nucléaire? Une arrivée extra-terrestre? Tant de questions, et pas réponses. Une douzième expédition part en quête de ses réponses mais arrivera-t-elle à résister à la démence et à la contamination de l’envoûtante Zone X ? 

giphy2

Le roman Annihilation est un de ces romans qui vous laisse dans une incertitude, un total doute lorsque l’on referme sa dernière page. L’auteur y dévoile une ambiance mystique, sombre et fascinante qui met en place une intrigue lente. Une lenteur qui laisse s’installer les angoisses des scientifiques, leur démence mais aussi une sensation étouffante qui nous laisse croire que nous aussi, nous sommes prisonniers de cette Zone X remplie de cauchemars.

Une Zone X qui est l’allégorie d’un sujet bien plus profond et psychologiquement complexe, celui de l’autodestruction. Les scientifiques sont toutes venues dans la Zone car elles n’avaient plus rien à perdre et souffraient d’une sorte de mal être social. La Zone X n’a fait que renforcer cette annihilation. 

Nous sommes en train de lire le journal de bord d’une des membres de l’équipe d’expédition: celui de la biologiste, qui est une victime de la onzième et douzième expédition. A part le profil de la biologiste, seule celui de la psychologue est aussi développée. Une psychologue qui possède des secrets de la société qui garde la Zone X : le Rempart Sud. Tout le roman se fait avec une sorte d’anonymat qui appuie le mystère de cette expédition, seul un trois éléments sont nommés : la Zone X, le Rempart Sud et ce qui semble être à l’origine de tout, le Rampeur. 

jeff-vandermeer-annihilation-highlark

Ce roman donne aussi une impression de préquel, un roman qui met en place une société défaillante et au bord de la crise avec un élément perturbateur, cette fameuse zone. 

Si vous vous attendez à une histoire similaire au film, ce n’est pas le cas. L’univers et la situation initiale sont les mêmes mais les histoires différent, se complètent. Le film et le livre sont selon moi complémentaires, ils forment un tout. Les deux permettent une meilleure compréhension de tous ces mystères.

Une couverture envoûtante, une histoire inattendue et fantasmagorique, des personnages envahis de démence et une fin aussi mystérieuse que la Zone X. Si vous êtes à la recherche d’un roman de SF qui tracasse les méninges, Annihilation est pour vous !

Ma note : 17-18/20
COUP DE COEUR 

giphy1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s